vendredi 24 août 2012

Les passions de chinouk déménage !

Oyer Oyer ! Les passions de chinouk, le blog, déménage pour avoir un nom bien à lui et un peu plus de liberté. Merci mes amis de mettre vos liens à jour et vous enregistrer en bas à droite dans le lecteur RSS pour continuer à me suivre. Tout n'est pas encore au point là-bas, mais le déménagement se passe bien, je déballe les cartons gentiment. 

Cette adresse restera un temps actif mais je ferme les commentaires. 

A bientôt pour la pendaison de crémaillère! 


Lespassionsdechinouk.com

Visions de Gérard - Jack Kerouac

Premier paragraphe :
Gérard Duluoz est né en 1917 ; ce petit enfant débile souffrait d'un rhumatisme au cœur et de bien d'autres complications qui firent de lui un enfant malade pendant la plus grande partie de sa vie, laquelle s'acheva en juillet 1926, alors qu'il avait 9 ans.

L'histoire :
" Gérard Duluoz naquit en 1917 ; ce petit enfant débile souffrait d'un rhumatisme au coeur et de bien d'autres complications qui firent de lui un grand malade... Il mourut à l'âge de neuf ans... " Ainsi commence l'ouvrage le plus émouvant qu'ait écrit Kerouac. C'est sa petite enfance que l'auteur fait revivre dans ces pages, les quatre années passées en compagnie de son frère, son ami, qui lui enseigna la tendresse et la générosité. Nous sommes en Nouvelle-Angleterre, dans le quartier canadien français de Lowell, non loin du Merrimac. Nous assistons à la lente agonie d'un être délicat, ami et protecteur de tout ce qui est faible, et qui souffre. Nous partageons les joies, les angoisses, les souffrances, les premiers chocs de Gérard lorsqu'il libère une souris prise au piège, appelle les petits oiseaux qui se pressent à sa fenêtre, confesse ses péchés au père Lalumière et prend conscience de la réalité de la mort. Quand il n'est pas cloué au lit par la maladie, Gérard brave le vent d'hiver, prie à l'église avec ferveur, et va en classe ; c'est là qu'il s'endort un jour et voit dans un rêve la Sainte Vierge au Paradis. Cet être béni a marqué à jamais la mémoire de Ti Jean, son frère, et celui-ci, devenu homme, se penche sur son passé pour faire revivre ses souvenirs et dépeindre les visions qu'ils lui suggèrent. Visions de Gérard est un livre sur l'enfance. Dans un langage dru et imagé, imprégné d'un lyrisme qui fera date dans l'histoire de la littérature américaine, Kerouac nous livre l'expression la plus achevée de son message poétique et métaphysique


Note : 7/10
Mon avis :
Vison de Gérard est le premier livre de Jack Kérouac que je lis, j'ai ouvert cet ouvrage non sans une petite appréhension, car Kerouac n'est pas réputé pour être un auteur facile à lire.
Je le connaissais de nom, bien sûr, mais c’est avec le Film La route que j'ai découvert l'univers de l'auteur, et même si dans la salle peu de gens étaient de mon avis, moi j'ai adoré le film !
Alors me voilà avec ce premier livre dans les mains, et la stupeur ! J'ai trouvé le premier chapitre juste incompréhensible, ça part dans tous les sens, sans vouloir dire grand-chose, j'ai eu peur que mon aventure Kérouacaise s'arrête ici. Mais, dès le chapitre suivant tous est devenue limpide, clair comme de l'eau de roche, oublier ce premier chapitre désastreux, l'auteur m'a laissée entré dans son univers pour mon plus grand bonheur.
Cette vision de Gérard est très touchante, car Gérard est un petit être très sensible aux malheurs des autres qui adore la nature et les animaux. C'est quelqu'un de très croyant, il se confesse souvent et vois le paradis en rêve. Gérard est intelligent, pro du mécano, mais il est très malade et ne survivra pas à ses neuf ans. C'est Ti jean, alias jack, qui nous raconte ses dernières années vu par ses yeux de petit garçon de quatre ans.

Extraits : 
«  mais la naissance et les tendre années que nous prenons pour de véritables événements dans le phénomène que l'on appelle l'existence, nous qui nous imaginons que quelques choses survient, ont fait de Gérard, fils d' Émile, au lieu d'un homme que l'on peut peser et discuter, un ange de la tendre naissance et des tendres années »  p.148

«  Bénissez mon âme , la mort est le seul sujet qui vaille la peine, car elle marque la fin de l'illusion et de l'erreur -   la mort , c'est l'autre face de la même pièce de monnaie, que nous appelons maintenant la vie »  p.155

mercredi 22 août 2012

Une sacrée mamie T1 à T4 -Yoshichi Shimada

 
1958, Hiroshima A cette époque au Japon, il est difficile pour une jeune femme d'élever seule ses deux fils. Acculée, Hikedo décide un jour de confier son plus jeune garçon, Akihiro, à sa mère qui vit à la campagne. Arrivé chez sa grand-mère, une vie complètement nouvelle va commencer pour Akihiro. Pas facile de quitter la ville pour la campagne quand on n'y est pas préparé ! Mais le petit garçon va vite s'habituer à sa nouvelle vie au grand air. Suivant l'exemple de sa super mamie débrouillarde, il apprend à s'adapter à toutes les situations.
Cela fait maintenant deux ans qu'Akihiro a emménagé chez sa grand-mère, dans la petite ville de Saga. La vie à la campagne, un peu rugueuse, n'est pas tous les jours facile. C'est toutefois dans la bonne humeur que le jeune garçon grandit, sous le regard attentif de sa super mamie ! Mais parfois, Akihiro ne peut s'empêcher de penser à sa mère restée à Hiroshima. Avec cette adaptation en manga d'un roman autobiographique qui a réveillé dans le coeur des Japonais les souvenirs d'un passé où les relations étaient plus humaines, Saburo Ishikawa réussit à nous décrire un monde rural à la fois rude et solidaire, mais aussi plein d'affection.
Cela fait maintenant trois ans qu'Akihiro vit avec sa grand- mère. Et il n'est pas au bout de ses surprises ! L'arrivée d'un nouveau venu à l'école viendra notamment perturber le quotidien du jeune garçon. Jusqu'alors leader incontesté de la course à pied, Akihiro va en effet trouver en ce nouvel arrivant un adversaire à sa mesure… Avec cette adaptation en manga d'un roman autobiographique qui a réveillé dans le coeur des Japonais les souvenirs d'un passé où les relations étaient plus humaines, Saburo lshikawa réussit à nous décrire un monde rural à la fois rude et solidaire, mais aussi plein d'affection.
L'avare est démoniaque! L'économe est un génie! Avec sa sacrée mamie qui se fiche joyeusement de la pauvreté, Akihiro mène désormais une vie heureuse à Saga. Bien qu'il ne puisse pas voir très souvent sa mère et son grand frère, le jeune écolier est toujours près à se faire de nouveaux amis ou même à découvrir la magie du monde du théâtre ambulant! Avec cette adaptation en manga d'un roman autobiographique qui a réveillé dans le coeur des Japonais les souvenirs d'un passé où les relations étaient plus humaines, Saburo Ishikawa réussit à nous décrire un monde rural à la fois rude et solidaire, mais aussi plein d'affection.
Note : 9:10

Mon avis :
 À la base, je ne lis pas, ou très peu de manga, comme je ne lis d'ailleurs pas de Bd, car j'ai tendance à les lire trop vite sans faire attention aux images, aussi parce qu'il faut bien le reconnaître les images des manga ne sont pas des plus jolies, du moins c’est ce que je pensais avant de découvrir une sacrée mamie !
Ce qui m'a attirée dans ce manga c'est qu’il est tiré d'une adaptation autobiographique ! Et découvrir la vie d'un petit garçon dans les années 50 gardé chez sa mamie m'a tout de suite plus. À peine le premier tome fermé je savais que je suivrai Akihiro tout au long de ses aventures.
Ce manga comporte 11 tomes, je lirai les 6 derniers avec un grand plaisir.x



Une sacrée mamie - Yoshichi Shimada et Saburô Ishik - 208 pages-  Delcourt - 7.59€

*Commandez Une sacrée mamie

Le Top Ten Tuesday(10)


Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.
Thème de ce mardi : Les 10 livres de la rentrée littéraire que vous attendez avec impatience.

1 - Barbe bleue - Amelie Nothomb

 


2-  Solitude Australe - David lefèvre












3- Cinq ciels- Ron Carlson












4 - Jim Harrison - Grand maître

 

5- De flammes et d'argile - Mark Spragg












6 - B comme bière- Tom Robbins



mardi 21 août 2012

Planete D - Le grand détour

Planète.D c'est Delphine et Damien Artero, un jeune couple parti 2.5 ans faire un tour du monde sur Buzz leur tandem ! Je les ai découverts sur France ô qui diffusait le grand détour dans l'émission "Les aventuriers d'explo" de Laurent Bignolas. C'est le reportage qu'ils ont rapporté de leur grande boucle entre début 2006 et fin 2008, et c'est tout simplement formidable, j'adore !
Depuis, ils ont effectué d'autres périples, donc un séjour en Islande, toujours avec Buzz mais aussi avec leur petite fille Lirio, qui est venue compléter cette joyeuse équipe.
Retrouvez-les dans trois ouvrages :


(Cliquez sur l'image pour avoir le résumé)
 
No man iceland fera partie de mon challenge : Récit de voyage.

 


Eure TV met à disposition une partie des vidéos de leur voyage, je vous les propose ici pour vous les faire découvrir.

Planete D - Le pilote par eure-tv

Planete D - Episode 1 par eure-tv

Planete D - Épisode 2 par eure-tv

PLANETE D - épisode 3 par eure-tv

Planète D - épisode 4 par eure-tv

Planète D Épisode 5 par eure-tv

Planète D Épisode 6 par eure-tv

Planète D Épisode 7 par eure-tv

Planète D Épisode 8 par eure-tv

Planete D -Épisode 9 par eure-tv

Planete D -Épisode 10 par eure-tv
 
Retrouvez les vidéos en DVD  de Delphine et Damien Artero sur leur site  Planète.D